AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez|

C'est en forgeant que l'on devient vachement fatigué. ☼ Pilar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Liberty S. Joplin
♪♬ « Sumertime, living is easy »

☇ ECLATS DE RIRE : 95
☇ ARRIVEE : 04/10/2011
☇ AGE : 28
☇ PSEUDO : Liberty
☇ CELEBRITE : Pixie Lott


» the notebook.
J'ai: 21 ans
Je Suis: Chanteuse dans un Bar
Mon Carnet d'Adresses:
MessageSujet: C'est en forgeant que l'on devient vachement fatigué. ☼ Pilar Dim 9 Oct - 13:10


C'était un soir ordinaire dans ma petite vie d'immigrée anglaise. J'avais passée ma journée à écrire, et à essayer de trouver un job un peu plus fixe que mon emploie de chanteuse de bar en attendant ma petite Riley qui avait bosser toute la journée. Comme tous les jours, j'avais éteint son pétard en passant lui faire un bisous, même si je savais qu'elle se dépêcherait de le rallumer aussi sec, dés lors que mes pieds avait passer le pas de la porte.
Comme à mon habitude, j'avais sortie une cigarette, mon briquet anglais, et j'avais déguster ma 6ème clope de la journée comme un bon gros gâteau au chocolat, et avait tweeter le plus naturellement du monde : "On the way for working guys ! Wish me luck !". Je m'étais habillée le plus simplement du monde, pas assez soucieuse de mon apparence pour passer des heures entières dans la salle de bain. Une robe blanche, une veste marron à frange et mes santiags. Mon éternelle bandeau à fleurs était enfoncé au fond de ma housse de guitare. Je le mettrais plus tard, je vais être en retard. avais-je penser en partant. Depuis quatre années que ma sœur et moi étions à Folly Beach, je travaillais quand je pouvais dans le bar de la ville en tant que chanteuse. A vrai dire, j'avais arrêter mes études à l'âge de 16 ans, ce qui me donnait une formation plutôt...limitée. Je vivais pour la Musique, et depuis la mort de mes parents, la Musique me fait survivre.
Imaginez vous deux minutes à ma place. J'ai à peine 21 ans, pas de diplômes, une vie en morceaux, une petite sœur droguée avec un sérieux problème d'anorexie, comme moi d'ailleurs. Je ne suis plus que l'ombre de moi-même, pourtant, je m’efforce de garder les pieds sur Terre, parce que si je tombe, Riley tombe avec moi. Ce n'est surement pas Narcisse qui l'aidera à remonter. Mes parents sont morts il y a 4 ans de cela, et je suis la tutrice légale de Riley, parce qu'elle n'a que 20 ans. Je remercie Dieu pour que notre relation soit assez fusionnelle pour qu'elle m'écoute dans la mesure de son caractère de merde, typique des Joplin. Je vous avouerais que ma plus grande peur, reste celle de perdre Riley dans son cercle vicieux. Beaucoup de gens me disent que je suis aveugle, que je ne vois pas dans quelle merde elle s'est enterrée, mais je ne suis pas stupide. Je sais ce qu'elle fait. Je la laisse faire, parce que je n'ai aucun moyen de l'arrêter. Et puis, elle est grande.
L'entrée du bar se dessine au loin, face à moi, et je me met à courir, parce que je sais que je suis légèrement en retard. J'entre par la porte de service, et enlève ma veste pour l'accrocher au porte manteau. Le bureau du gérant est juste au bout du couloir, et je me fais discrète pour éviter de le déranger. La salle est sombre, et éclairée par des lampes à l’abat-jour rouge, ce qui donne un petit coté mystérieux au bar. Depuis 4 ans que j'y travaille, tout le monde me connait. Soudain, j'entends une voix masculine dans mon dos prononcer mon prénom. Je me retourne. Le merveilleux gérant, un homme adorable me sourit:
« Liberty, tu as manger aujourd'hui ? ». Question habituelle, à laquelle je réponds comme tout les jours : « Comme d'habitude ! ». Je l'embrasse sur la joue, et me dirige vers la scène.

« Mesdames et Messieurs, pour votre plus grand plaisir, notre jeune Liberty Joplin ! »
La salle m'applaudis, et je m'installe sur la scène, face au publique, teste ma guitare:
« Je voudrais juste dédicacer cette chanson à ma petite sœur. ». Les premiers accords résonnent dans la grande salle, et je me met à chanter. J'ai écris cette chanson juste après la mort de mes parents, et chaque paroles me rappelle cette période douloureuse. Merde quoi, j'avais que 16 ans. Juste 16 ans. Mes yeux s'emplirent de larmes, rendant mon interprétation encore plus forte. C'est dans ces moments là que je suis vraiment moi-même. A vrai dire, chacune de mes chansons racontent qui je suis. Je suis incapable parler de moi. Mais j'écris, et je suis ma chanson. Mes doigts bougent sur la guitare, comme par magie, et ma voix résonne dans la micro, se propageant dans la salle comme un papillon au printemps. Il règne un silence, presque religieux, tout les habituer m'écoutant avec intérêt. Comme tous les soirs, ou presque. Le patron est à ma droite, accouder au bar, il sourit. Les serveuses se sont arrêter, ils m'écoutent tous. C'est agréable de savoir que les gens t’apprécie pour ton travail. Tous autant qu'ils sont. Et j'espère aussi intérieurement que mes parents sont fières de moi là où ils sont. Vraiment.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

C'est en forgeant que l'on devient vachement fatigué. ☼ Pilar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
brothers&sisters :: FOLLY WEST. :: Le Bar.-
Sauter vers: